Arran au pays du fruit exotique

On part chez Arran aujourd’hui pour déguster une de leurs version limitées annuelles, nouvelle trouvaille marketing, au même titre que le Laphroaig Lore. Il y en aura tous les ans, mais en série limitée… Avec 12.000 bouteilles pour le monde on a déjà vu plus critique, mais la démarche est intéressante, dans le sens ou Arran abandonne le sherry qu’il affectionne tant pour partir vers la contrée du first fill bourbon et du quarter cask.

Private Whisky Society

Quarter casks qui aurait apparemment été beaucoup utilisé dans l’histoire des distilleries clandestines d’Arran aux 18ème et 19ème siècles. On se dirige en tout cas vers une de ces versions d’Arran totalement (ou presque) dirigées par le bois. Enfin, avec la qualité des séries Private Cask en first fill sherry ou bourbon, on peut s’attendre à quelque chose de bien. Le finish en QC a été de 189 mois minimum pour les fûts utilisés dans l’assemblage.

Au nez on a exactement ce à quoi on s’attendait avec de la vanille crémeuse, voire cireuse et beaucoup de fruits. De la poire, des ananas et de la mangue avant que l’on pénètre sur le territoire des agrumes avec des oranges et un beau pamplemousse. Arrivent ensuite les épices avec de la cannelle, du gingembre et du poivre, accompagnées par un bel effluve florale, typique d’Arran.

En bouche on va retrouver le fruité du nez, agrémenté de pomme et de citron. Une pointe de piment rejoint les épices du nez. On retrouve la vanille crémeuse accompagnée avec quelques levures et une note beurrée légère mais présente. On termine sur une note herbacée qui ne prend pas trop de place mais sait tout de même s’exprimer.

La finale est moyennement longue, sur les fruits du nez et le développement de notes maltées, céréales, poire et herbes. La floralité typique des Arran ressort légèrement en arrière plan.

L’avis de Private Whisky Society

Bon après avoir entendu la description et le prix (autour de 65 euros pour un cask strength) on pensait trouver un NAS surchargé de bois, dégoulinant de vanille, de cannelle et de noix de coco. Ben heureusement qu’on y avait pas mis quelque chose à couper sinon il nous manquerait une partie de notre anatomie. On a vraiment un beau whisky, certes dirigé par le bois mais avec un super travail permettant au distillat de garder une place certaine dans cette bouteille tout en tenant bien la jeunesse de certains fûts afin qu’elle ne s’exprime pas trop. Un très beau voyage au pays du fruit de la part d’Arran. Bref un mélange fruits exotiques-épices-notes florales qui fonctionne à merveille.

Cela vous a intéressé ? Faites le savoir :Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on PinterestEmail this to someone
  • Vous pénétrez dans l’univers du whisky en déclarant sur l’honneur être majeur dans votre pays de résidence.
  • Bienvenue dans la Society, Sláinte !

En visitant notre site, vous acceptez l’utilisation des cookies que nous utilisons pour améliorer votre navigation.

Vous pouvez suivre l’actualité du whisky avec la

Private Whisky News :

Nous vous envoyons un email pour confirmer votre inscription, pensez à vérifier vos spams si vous ne le recevez pas.