Une holding en bouteille

L’embouteilleur Plantation, spécialisé en rhums, s’amuse depuis longtemps avec les finishes dans un milieu où ce n’est pas forcément une norme, bien que certains comme Habitation Saint Etienne, tentent de faire changer les choses. Et quand en plus le groupe auquel on appartient possède un fabricant de Cognac, Pierre Ferrand, il n’y a plus aucune raison pour ne pas marier les deux activités. D’autant que Pierre Ferrand est l’un des fabricants de cognacs les plus reconnus.

Private Whisky Society

On retrouve donc dans cet écrin un Rhum de Trinidad de 25 ans, le plus vieux jamais embouteillé de l’ile d’après notre fournisseur. Aucune autre information n’est donnée sur la distillerie et comme à l’époque elles étaient encore nombreuses sur l’ile, on ne peut garantir que ce soit du Caroni, ce que l’on aurait tous apprécié. Il serait de toute façon difficile de le dire, pour une raison simple et que nous trouvons fort triste, un ajout de sucre a été effectué, et pas avec le dos de la cuiller…

Au nez le sucre s’impose immédiatement avec des notes de barbe à papa, de caramel et de chewing gum à la cerise (ceux en forme de boules, durs au début). Une note de café arrive à se faire une place alors que le fût de cognac nous laisse une belle note de banane. Elle tend à se flamber et est rehaussée par une note d’orange. Une pointe de gingembre est tapie en arrière plan.

En bouche on retrouve le sucre et ses variations avec de belles épices, cannelle et clou de girofle. On retrouve ensuite un éventail de pates de fruits avant que la douceur ne s’effondre brusquement pour laisser place à une note d’hydrocarbure. On trouve également quelques oranges avec des notes de bois brulé.

La finale est assez longue, sur les fruits de la bouche, le sucre brulé et les épices.

L’avis de Private Whisky Society

On ne sait trop quoi dire à propos de ce rhum. Il est très beau et bien fait mais l’omniprésence du sucre le rend un peu écœurant et lui fait perdre de sa superbe. C’est dommage car on sent qu’il y a un potentiel énorme caché derrière ce sucre. C’est tout de même très bon et à un prix raisonnable pour un rhum de 25 ans en single cask, autour de 100 euros.

Cela vous a intéressé ? Faites le savoir :Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on PinterestEmail this to someone
  • Vous pénétrez dans l’univers du whisky en déclarant sur l’honneur être majeur dans votre pays de résidence.
  • Bienvenue dans la Society, Sláinte !

En visitant notre site, vous acceptez l’utilisation des cookies que nous utilisons pour améliorer votre navigation.

Vous pouvez suivre l’actualité du whisky avec la

Private Whisky News :

Nous vous envoyons un email pour confirmer votre inscription, pensez à vérifier vos spams si vous ne le recevez pas.