Une appellation pour protéger le whisky français

Les pouvoirs publics prendraient-ils enfin le whisky de nos contrées au sérieux ? En tout cas un premier pas a été fait dans ce sens au début de l’année avec la création d’une Indication Géographique protégée pour les whiskies bretons et alsaciens, label européen décerné aux produits dont la fabrication est intimement liée à un lieu, suivant un cahier des charges précis.
Pourquoi donc, me direz-vous ? Et bien tout simplement d’un point de vue purement administratif. La nouvelle législation européenne sur le sujet, qui entre en vigueur en début de mois prochain, empêchera purement et simplement la présence de toute indication géographique si le produit ne possède pas l’appellation correspondante.

Quel avantage pour nous, consommateurs ? on saura enfin, même si le doute était peu permis sur les grosses structures ou les embouteilleurs sérieux, ce que contiennent nos bouteilles. «Concrètement, évoque David Roussier, directeur de la plus ancienne distillerie bretonne, Warenghem, qui fabrique Armorik, jusqu’à aujourd’hui rien n’empêchait d’embouteiller du whisky écossais acheté en vrac et d’écrire dessus « whisky breton ».»

Private Whisky Society

A l’avenir, pour obtenir cette IGP, les whiskies devront être brassés, fermentés, distillés et vieillis au sein d’une zone géographique définie, soit deux départements pour l’Alsace (Haut- et Bas-Rhin) et quatre pour la Bretagne avec quelques dérogations pour la Loire-Atlantique.

Autre particularité: les blends bretons profiteront de l’IGP, alors que l’Alsace réserve la sienne aux single malts
S’il est prématuré de sortir les flonflons –les deux IGP ne concernent pour le moment que 5 distilleries de whisky, 2 en Bretagne (Warenghem et La Distillerie des Menhirs) et 3 en Alsace (Bertrand, Hepp, Lehmann), ces initiatives régionales marquent une étape dans la jeune histoire du whisky français.

On regrettera cependant que la distillerie produisant le whisky français le mieux noté dans une Whisky Bible, et même visitée par Jim Murray tellement il avait été bluffé, ne figure pas dans la liste de ces IGP. Pour rappel il s’agit de P&M, distillerie corse et son whisky en ex fûts de liqueur corse avait été noté 95 points.

Pour en savoir plus sur nos cours de dégustation à domicile ou sur nos tarifs suivez les liens ou bien contactez nous.

Cela vous a intéressé ? Faites le savoir :Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on PinterestEmail this to someone
  • Vous pénétrez dans l’univers du whisky en déclarant sur l’honneur être majeur dans votre pays de résidence.
  • Bienvenue dans la Society, Sláinte !

En visitant notre site, vous acceptez l’utilisation des cookies que nous utilisons pour améliorer votre navigation.

Vous pouvez suivre l’actualité du whisky avec la

Private Whisky News :

Nous vous envoyons un email pour confirmer votre inscription, pensez à vérifier vos spams si vous ne le recevez pas.