Et le monsieur s’appelle Jiu Hai Bu Gan

C’est en faisant un détour par Angers et par le V&B local que nous avons découvert le single malt tibétain, le Jiu Hai Bu Gan. Ce single malt, car ce n’est pas un whisky, nous y reviendrons plus tard, provient d’une orge cultivée, récoltée, fermentée et distillée à plus de 2500m sur les hauts plateaux tibétains. Et bizarrement, ce n’est pas une nouveauté marketing, mais bel et bien un produit local et traditionnel.

Private Whisky Society, Un nouveau regard sur le whisky : Actualités, Cours de dégustation, et plus encore…

Alors, commençons par le commencement. Comme dit dans l’introduction, ce spiritueux n’est pas un whisky. C’est bien de l’orge maltée, brassée, fermentée et distillée, mais le vieillissement se fait de manière locale et ne permet pas l’appellation whisky. Car ce ne sont pas dans des fûts de chêne que le spiritueux vieillit, mais dans de grandes amphores en céramique, les Jiu Hai.

Et quand on vous dit que tout est traditionnel chez Jiu Hai Bu Gan, on ne peut pas ne pas parler des levures. Elles sont issues d’une race indigène locale, conservée à l’ancienne dans des briques constituées d’un mélange d’orge et de pois écrasés. Aucun laboratoire en vue. L’orge est également locale et cultivée sur les hauts plateaux tibétains.

Pour le moment la gamme distribuée en France est composée de trois produits différents. Un 3 ans double distillation, vieilli uniquement en amphores de céramique, un 5 ans triple distillation, vieilli entre 4 et 12 ans en amphores puis affiné un an en fût de chêne neuf et un 8 ans, vieilli entre 7 ans et 25 ans en amphores et un an en fût de chêne neuf. Ils titrent tous à 42%

Concernant la coloration, aucun colorant caramel n’est utilisé. C’est un extrait de maturation de baie de goji qui est utilisé.

Nous avons testé le 5 ans:

Nez: Autant dire qu’on est pas sur les sentiers battus. On a une fugace note de fromage, sur l’emmental, puis on retrouve quelques chose de très floral, très frais. On a aussi un peu de prune et du gingembre, sans oublier un peu de céréale. Une petite pointe poivrée fait son apparition.

Bouche: En bouche on a une fraicheur mentholée et un note de prune, qui dérive ensuite vers le litchi. On a de la céréale et de la levure, puis on retourne sur le poivre et le gingembre.

Finale: Courte, sur le litchi, la prune et le poivre.

Commentaire général: Bon bah ça plait peut être en Asie mais c’est pas génial quand même. Trop réduit, faible en bouche, très anguleux, avec un alcool qui pourrait être mieux intégré. Dispensable.

Cela vous a intéressé ? Faites le savoir :Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on PinterestEmail this to someone
  • Vous pénétrez dans l’univers du whisky en déclarant sur l’honneur être majeur dans votre pays de résidence.
  • Bienvenue dans la Society, Sláinte !

En visitant notre site, vous acceptez l’utilisation des cookies que nous utilisons pour améliorer votre navigation.

Vous pouvez suivre l’actualité du whisky avec la

Private Whisky News :

Nous vous envoyons un email pour confirmer votre inscription, pensez à vérifier vos spams si vous ne le recevez pas.