Scapa embarque dans la mode du fût de whisky tourbé

Bon, c’est clair, depuis la disparition du 16 ans, nous ne sommes plus vraiment fans de Scapa. Le Skiren a pour nous tué le style avec ses fûts bien trop actifs et qui l’ont noyé dans les épices, un peu comme le Talisker Skye. Heureusement chez Talisker le Storm était là pour réhausser un peu le niveau. Mais plutot que de faire comme le Storm qui revenait plus vers l’ADN du bon vieux Talisker 10 ans, Scapa part encore dans l’innovation. A tort ou à raison ?

Private Whisky Society

Scapa a donc encore décidé d’aller un peu à l’encontre de ses origine en ajoutant un peu de tourbe dans tout ça. Attention, pas d’orge séchée directement, mais bien des anciens fûts de whisky tourbé, dont le nom de la distillerie n’a pas filtré. Avant ça il avait vécu ses premières années de vieillissement dans un fût de bourbon. On devrait donc avoir du fruit et une tourbe légère, en arrière plan.

Au nez un profil fruité et fin se dévoile avec de la pêche, un peu de poire et une pointe de banane, très légère. Un poil d’épices, mais encore une fois c’est très léger. Un coté floral surgit ensuite, accompagné d’une tourbe qui oscille en arrière plan entre cendres et fumée. Par contre le coté marin a un peu disparu. Un nez expressif pour 40% mais qui aurait peut être mérité mieux niveau titrage.

En bouche on retrouve la colonne vertebrale du nez, et pour ainsi dire pas grand chose de plus. La poire a prit en assurance et la tourbe reste présente mais pas prenante. On appercoit bien un peu de miel et un coté crémeux, mais pas grand chose de plus. Peut être un ou deux fruits de verger par ci par là, mais rien d’exceptionnel. Tout ça manque un peu d’évolution.

La finale est moyennement longue sur la fumée, le poivre, la poire et les fruits du verger du nez.

L’avis de Private Whisky Society

Bon pour être honnête on est pas franchement emballés par ce Glansa. C’est sympa mais sans grande ambition, un peu faiblard au niveau de l’expressivité et il n’apporte pas vraiment sa pierre à l’édifice. Et à 60-65 euros c’est trop cher pour ce que c’est. Si vous voulez tenter l’expérience des fûts tourbés, un Glenlivet Nadurra Peated Cask Finish ne coûte que 10 euros de plus…

Cela vous a intéressé ? Faites le savoir :Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on PinterestEmail this to someone
  • Vous vous apprêtez à pénétrer dans l’univers du whisky en déclarant sur l’honneur être majeur dans votre pays de résidence.

En visitant notre site, vous acceptez l’utilisation des cookies que nous utilisons pour améliorer votre navigation.

Vous pouvez suivre l’actualité du whisky avec la Private Whisky News :

Nous vous envoyons un email pour confirmer votre inscription, pensez à vérifier vos spams si vous ne le recevez pas.