L’espace deviendra-t-il le plus grand chai du monde ?

On les attendait, ils sont enfin arrivés. Qui ? Mais les résultats de l’expérience du projet Galileo bien entendu. Après avoir séjourné pendant 2 ans dans l’espace, les fioles contenant les échantillons sont arrivées en Septembre dernier et ont pu être analysées par Bill Lumsden et les équipes scientifiques qui l’entourent. Avec les prémices de la même expérience bientôt tentée par Suntory, l’espace semble être la prochaine frontière du whisky.

Private Whisky Society

Rappelons les conditions de l’expérience. Des fioles de type MixStix de Nano Racks contenant chacune 6cl de distillat Ardbeg et un échantillon de bois d’1mm X 1mm X 6cm ont été envoyées dans l’espace et un nombre égal à été envoyé à Ardbeg, sur terre. Ces fioles témoins ont servi de comparatif à celles qui sont parties vers l’ultime frontière.

Quelles sont donc les grandes différences entre les échantillons partis virevolter dans l’espace et ceux restés gentiment sur terre. Nous vous passerons les détails trop techniques qui sont cependant disponibles sur ce document officiel de chez Ardbeg.

Private Whisky Society

Une chose est sure, il s’est passé deux choses totalement différentes entre l’espace et la terre. Les chiffres l’attestent et les notes de dégustation confirment ces chiffres. Une grosse tendance se dégage en tout cas clairement. Les éléments de bois ont été comme inhibés et ont moins influencé le distillat, alors que celui-ci a tout de même continué à évoluer. Concernant le bois en lui-même il a même été constaté que certains éléments étaient donc moins actifs, mais certains au contraire étaient plus réactifs en conditions de microgravité. Voici les notes de dégustations des deux échantillons :

Échantillon témoin – T.A.V. 58,4 %, réduit à 26 % pour la dégustation

Arôme : très boisé, des pointes de cèdre, fumée douce et vinaigre balsamique vieilli. Pointes de raisins secs, toffee, vanille et oranges brûlées. Très proche du style d’un Ardbeg vieilli.

En bouche : palais sec, saveurs boisées/balsamiques, fumée douceet huile de clou de girofle. Des fruits lointains (prunes, dattes) et du charbon.

La finale est longue en bouche, persistante et clairement signée Ardbeg, avec des saveurs de fumée subtile, de goudron et de fudge crémeux et sucré.

Échantillon de la Station spatiale internationale – T.A.V. 56,0%, réduit à 26 % pour la dégustation

Arôme : intense et rond, avec des notes de caoutchouc, de poisson fumé et une note curieuse de parfum, comme du cassis ou de la violette. De puissantes notes boisées, des pointes de graphite et de la vanille. Cet ensemble laisse place à des notes terreuses, un arôme salé de boeuf, puis des pointes de glace rhum-raisin.

En bouche : un profil de saveur très droit, avec des fruits fumés (pruneaux, raisins secs, prunes et cerises confites), une fumée terreuse et tourbée, de la menthe, de l’anis, de la cannelle et du bacon ou du jambon fumé.

La finale est âcre, intense et longue, avec des pointes de bois et de fumée de caoutchouc.

Cela vous a intéressé ? Faites le savoir :Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on PinterestEmail this to someone
  • Vous pénétrez dans l’univers du whisky en déclarant sur l’honneur être majeur dans votre pays de résidence.
  • Bienvenue dans la Society, Sláinte !

En visitant notre site, vous acceptez l’utilisation des cookies que nous utilisons pour améliorer votre navigation.

Vous pouvez suivre l’actualité du whisky avec la

Private Whisky News :

Nous vous envoyons un email pour confirmer votre inscription, pensez à vérifier vos spams si vous ne le recevez pas.