Résumé de la grande messe du whisky

Comme chaque année, le Whisky Live a battu son plein à Paris et il était de retour à la cité de la mode et du design pour l’édition 2016. Nous y avons passé toute la journée et nous avons eu de belles surprises. Et queqlues déceptions bien sur. Retour sur nos coups de coeur du Salon.

Yula 2nd edition 21 ans

Private Whisky Society

Chez Douglas Laing il y avait une dizaine de références mais rien de vraiment emballant, mis à part deux références. Le Old Big Peat, dont les années supplémentaires en fût lui ont permis de s’arrondir un peu plus et de développer ses aromes, mais honnêtement rien de nouveau sous le soleil. Mais le Yula 2nd Edition 21 ans a lui bien plus retenu notre attention. On a retrouvé un malt en ligne directe avec la première édition mais plus floral, peut être légèrement moins gourmand, mais avec une fumée de tourbe au taquet.

Hellyer’s Road Pinot Noir

Private Whisky Society

A force d’en parler vous avez bien du comprendre que chez PWS, on aime beaucoup ce qui vient d’Océanie. Ca faisait un moment qu’on ne s’était plus penchés sur le cas d’Hellyers Road. Leur entrée de gamme, le Roaring 40’s, noous avait rappelé à quel point la distillerie faisait de belles choses, mais la version Pinot Noir nous a vraiment scotché. Oscillant entre pommes fraiches, caramel, fruits rouges, fruits d’été et notes maltées, le tout dans un bel équilibre, on connait notre prochain achat « whisky du monde ».

Gordon & Macphail Clynelish Connoisseur choice 1999 Cask Strength

Private Whisky Society

Chez G&M nous avons eu le grand plaisir de croiser Juliette Buchan, qui comme à son habitude nous a reçu très chaleureusement. Seulement 6 bouteilles en dégustation mais avec le Clynelish Connoisseur Choice 1999. Une version dopée au sherry, avec une cire légèrement plus en retrait que d’habitude mais une gourmandise sur les fruits cuits qui nous a conquit. Et le titrage autour de 54% ne s’est même pas fait sentir, vraiment une belle réussite, même si un peu classique dans le style. Mention spéciale à l’excellent Glentauchers 1996 dont la note est à ce lien.

Midleton Dair Galeach

Private Whisky Society

Nous ne nous étions pas arretés chez Midleton l’année dernière. Visiblement grand mal nous en a prit, même si tout n’a pas forcément été exceptionnel. Un peu comme le Redbreast Lustau, que l’on attendait impatiemment. Malheureusement, on a juste une version du 12 ans plus rugueuse mais boostée au sherry pour corriger le tout. Au moins on aura le plaisir d’avoir du Redbreast à 46% pour moins que les 80 euros du 15 ans (environ 65 euros pour le Lustau). Mais la claque est venue du Dair Galeach, embouteillé sous l’appellation Midleton, on y a découvert une frangipane crémeuse, des fruits d’été, du caramel, du fruit exotique et un poil de chêne toasté. Pas le plus viril des whiskies mais une gourmandise qui vous fera fondre. Attention au prix par contre, proche des 235 euros.

Kavalan Solist Port Cask

Private Whisky Society

Comme souvent l’une des plus grosses claques du salon nous a été administrée par Ian Chang et son équipe. Autant le Podium, vieilli en fûts neufs, ne nous a pas convaincu, autant là attention les yeux. De la pomme caramélisée, un peu de fruits rouges, des dattes, des figues fraiches, un poil d’épices, un superbe travail, bien mieux que la première version en fût de Porto de la distillerie, le Concertmaster.

Nous avons également eu la chance de pouvoir nous introduire dans le salon VIP grâce à un de nos contacts chez l’organisateur, (vous savez, la boutique parisienne rue d’Anjou) où nous avons fait deux belles découvertes, Un Tormore 1996 de chez G&M dont la noté pourrait se résumer à une tarte tatin saupoudrée de cacao et de confiture de fruits exotiques. L’autre était un Bowmore 1998 cask strength à 60.2% oscillant entre cacao et café, fruits exotiques et fruits d’été, tourbe et finesse florale tout en consevrant un profil marin prononcé. Deux quilles spécialement embouteillées pour les 60 ans de la boutique.

Nos mentions spéciales

Private Whisky Society

Tout d’abord un petit coup de coeur chez Glenfiddich, où les nouvelles versions IPA et Project XX nous ont déçues, relativement quelconques. Par contre leur animation de glace au whisky préparée sur place et avec leur version IPA nous a bien fait rire et à atiré beaucoup de monde.

Une belle mention aussi à Armorik pour sa version chouchen, qui nous a offert un nectar plein de fruits, d’orge maltée, d’épices et bien sur de pommes et miel. Une belle maitrise sur ce vieillissement atypique, qui a en plus pour lui d’avoir un alcool très bien intégré et qui n’empiète pas sur la dégustation, même à 58.7%.

Ceux qu’il va falloir suivre de près

Private Whisky Society

Nous avons aussi eu de belles surprises du coté des petits nouveaux dans le milieu. Notamment où nous avons découvert chez Puni un single malt qui a beaucoup progressé depuis nos premières dégustations. La version tourbée et finie en fût de Marsala nous a laissé une très belle impression.

Private Whisky Society, Un nouveau regard sur le whisky : Actualités, Cours de dégustation, et plus encore…

L’autre belle surprise a été le stand des bavarois de Slyrs, qui ont fait d’énormes progrès. Les premières versions goutées en Allemagne uniquement vieillies dans des fûts de chêne neufs tenaient plus du bourbon que du single malt, Mais désormais on a un beau whisky avec de belles déclinaisons dans les finitions. Mentions spéciales aux finishes Sauternes, Pedro Ximenez et Porto.

Cela vous a intéressé ? Faites le savoir :Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on PinterestEmail this to someone

En raison de contenu en rapport avec la consommation d'alcool, vous certifiez avoir l'âge légal dans votre pays pour consommer de l'alcool.

Vérifiez votre age