Nouvelle Zélande, Whisky et coup de bol

Cette semaine Eric Burgess, Représentant officiel de The New Zealand Whisky et bloggeur connu sous le pseudo The Whisky Kiwi. Rencontre avec un passionné bien de chez lui qui nous en dit plus sur son whisky et l’histoire derrière les embouteillages.

Private Whisky Society

Bonjour Erik, pouvez vous nous en dire plus sur vous et votre métier ?

Je travaille actuellement pour un hotel 5 étoiles à Glasgow. Je suis un expatrié neo-zélandais en Ecosse depuis Novembre 1989.
En Septembre 2013 le directeur de The New Zealand Whisky Collection Greg Ramsay m’a contacté via mon Twitter @TheWhiskyKiwi pour le rencontrer ainsi que Cyril Yates, le distillateur de le distillerie Willowbank (Distillerie fermée dont New Zealand Whisky revend les stocks ndlr) au pub Bon Accord à Glasgow.
Nous nous sommes rencontrés de nouveau à Londres la semaine suivante au Whisky Exchange. Je me suis alors vu proposer de devenir ambassadeur de la marque en Europe à mi temps pour The New Zealand Whisky Collection.
Ce rôle implique de représenter la marque au Royaume Uni et en Europe lors des festivals, dégustations et sessions de présentation de leurs whiskies. Je suis aussi impliqué dans la démocratisation de la marque et la promotion des ventes, avec des activités de management et d’analyse pour assurer la croissance et le développement de la marque. J’agis également dans l’administration de leurs pages Facebook et Twitter.


New Zealand Whisky embouteille le stock de la distillerie Willowbank de Dunedin, aujourd’hui fermée. Comment la marque a-t-elle mis la main sur ce stock ?

En 1997, la dernière distillerie existante de Nouvelle-Zélande fut fermée par Fosters, la société de brassage australienne, et les centaines de futs de whisky cask strength furent vendus aux enchères ou stockés par l’état.
En 2010 nous avons acheté les derniers 80.000 litres en provenance de 443 fûts qui avaient été stockés dans un vieux hangar à avion. Le whisky réside désormais dans l’entrepôt sous douane dans la ville balnéaire d’Oamaru, The Cellar Door.
Ces whiskies sont exceptionnellement rares et proviennent de ce qui fut autrefois la distillerie la plus au sud du monde.


Possédez vous uniquement du whisky de Willowbank ou d’autres stocks de distilleries sont-ils en votre possession ?

Il n’y a plus aucune distillerie ici, seulement les fûts restants. Tout notre stock provient donc de Willowbank et nous en prenons grand soin.
Par contre à titre personnel ma femme et moi collectionnons beaucoup le whisky neo-zélandais. Par contre nous avons tout de même du whisky écossais.
Nous avons en ce moment 32 embouteillages neo-zélandais entre les différentes versions de The New Zealand Whisky et des précédents propriétaires de Willowbank. J’ai également un embouteillage Cadenhead single cask de Lammerlaw. J’en ai également de quand la société Seagrams possédait la distillerie, entre 1984 et 1997.


New Zealand Whisky possède une très belle gamme, entre blends, whiskies millésimés et éditions limitées, comme the Oamaruvian ou le Diggers and Ditch, pouvez vous nous en apprendre plus sur eux ?

Les NZ Whisky Collection (les millésimes, ndlr) sont des embouteillages qui retracent l’histoire de la distillation à Willowbank. L’équipement de la distillerie qui produisait nos whiskies n’est même plus en Nouvelle Zélande. La majorité a été envoyée aux Fiji pour faire du rhum.

Sur les 443 fûts que nous avons acquis, environ les 2 tiers étaient du Preston Double Wood, un blend de 70% de single malt et 30% de grain whisky premium, produit à partir d’orge non maltée, vieillis 6 ans en fûts de bourbon avant d’être transféré en fûts de chêne français puis de vin rouge néozélandais.

Le Diggers and Ditch est un blended malt produit avec un single malt tasmanien. Greg Ramsay est tasmanien et a participé à l’inbstallation de la distillerie Nant sur place.


La rumeur comme quoi New Zealand Whisky voudrait reprendre la distillation tourne depuis longtemps, y-a-t-il un projet en cours ?

Nous avons eu de petites quantités de new make distillées pour nous par un partenaire basé à Christchuch. Mais nous ne pouvons pas en dire plus pour le moment, nous espérons avoir de bonnes nouvelles bientôt.


Vous rappelez vous du premier embouteillage de New Zealand Whisky ? Pouvez vous nous en dire plus sur lui ?

Quand j’ai rencontré Greg et Cyril à Glasgow en septembre 2013 ils otn amené une bouteille de single malt 24 ans de 1989 54.2%


La Nouvelle Zélande est lointaine, comment le climat local impacte-t-il le whisky ?

La distillerie Willowbank était siruée à Dunedin, le gaëlic pour Edimbourg, elle était de plus connus sous le nom d’Edimbourg du sud Le climat est très similaire à celui d’Ecosse avec des hivers rigoureux, un peu de neige, et des températures aux alentours des 20-25°C. Les conditions de vieillissement sont donc très similaires à l’Ecosse. Notre chai est à Oamaru, ville portuaire au nord de Dunedin et est légèrement plus chaude que la moyenne de la région.


Dans votre Diggers and Ditch, vous blendez votre single malt avec un de ses cousins tasmaniens, pouvez vous nous dire lequel ?

C’est la seconde édition du Diggers and Ditch, et malheureusement je ne peux pas vous divulguer le nom de la distillerie australienne, simplement vous dire qu’elle se situe en Tasmanie. Une chance sur 7 (L’un des piliers du projet ayant participé à l’installation de Nant en Tasmanie, on peut soupçonner sa présence dans ce blend, ndlr).


Pour les gens visitant la Nouvelle Zélande, est-il possible de visiter la distillerie fermée ?

C’est possible de visiter les batiments mais plus aucun matériel de distillation n’est resté sur place. Les derniers fûts en notre possession peuvent être visités au « The Cellar » à Oamaru.


Pouvez vous nous en dire un peu plus sur le futur de New Zealand Whisky ?

Comme je vous l’ai dit, nous avons des projets, vous serez tenus au courant dès que nous aurons de plus amples nouvelles.


Sur un plan plus personnel, vous rappelez vous de votre premier single malt ?

Ma femme m’a remis au whisky il y a 13 ans après une très mauvaise expérience avec un Laphroaig dans ma jeunesse en Nouvelle Zélande. Le premier que j’ai vraiment apprécié a donc été un Jura 10 ans.


Et quel est votre whisky préféré, celui que vous emmeneriez sur une ile déserte avec vous ?

Ce serait difficile d’en choisir un étant un grand fan de Bowmore, Highland Park and Glen Garioch. J’aime beaucoup les embouteillages indépendants entre 46% et cask strength. Mais en poussant je dirai que je choisirai le New Zealand 1993 single cask 19 ans 55.4%

Cela vous a intéressé ? Faites le savoir :Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on PinterestEmail this to someone
  • Vous vous apprêtez à pénétrer dans l’univers du whisky en déclarant sur l’honneur être majeur dans votre pays de résidence.

En visitant notre site, vous acceptez l’utilisation des cookies que nous utilisons pour améliorer votre navigation.

Vous pouvez suivre l’actualité du whisky avec la Private Whisky News :

Nous vous envoyons un email pour confirmer votre inscription, pensez à vérifier vos spams si vous ne le recevez pas.