Le Dark Knight d’islay

Un Bowmore avec finition sherry, je vous entends déjà dire « mais tous les Bowmore ont un finish en ex fûts de sherry ». Vous avez entièrement raison, même si par exemple le small batch ou le tempest dérogent à la règle. Mais sur ce 15 ans, Bowmore ne fait pas seulement un finish car il reste cette fois ci 3 ans au lieu de quelques mois dans les fûts ayant contenu le sherry.

Private Whisky Society

La plus vieille distillerie d’Islay sait comme personne manier les finitions en fûts originaux, c’est d’ailleurs la base de sa renommée, même si elle pratique de moins en moins les fûts un peu hors du commun. Ces dernières années ont en effet vu Bowmore se recentrer sur les fûts de bourbon, de sherry et de porto pour certaines versions très âgées et donc très limitées. Pour ce Darkest, Bowmore utilise d’anciens fûts d’Oloroso.

Il faut dire qu’avec sa tourbe raisonnable, aux alentours de 22 ppm, Bowmore n’écrase pas les notes apportées par les fûts. Les mariages avec le sherry et le porto qu’ils pratiquent sont d’ailleurs souvent reconnus pour être les plus réussis avec les whiksies tourbés. Ce Darkest s’inspire donc de à la fois de l’héritage de la maison mais aussi de ce mariage de raison. Cette version, qui avait perdu de sa superbe il y a une quinzaine d’années, a largement été retravaillée pour redevenir l’un des plus beaux whiskies tourbés avec un sherry prononcé.

Au nez, la tourbe prend l’avantage avec des notes de caoutchouc et de fumée. Le sherry se révèle par la suite avec un beau chocolat noir et des notes de noix grillées. Le ton se durcit ensuite avec l’arrivée de tabac froid et d’algues fumées.

En bouche, l’entame se fait sur la fumée et les embruns. La tourbe, toujours présente, est descendue d’un ton. On retrouve ensuite les notes de nez de chocolat et de tabac mais bien plus puissantes. C’est ensuite l’arrivée fracassante des noix et de notes de cuir bien amenées par une belle réglisse. Le mariage tourbe-sherry dans sa plus belle expression. Quelques agrumes avec des citrons frais amènent un peu d’acidité pour finir.

La finale est plutôt longue malgré un distillat relativement sec, sur le chocolat, le goudron et une légère pointe d’acidité. Un touche saline relève le tout à merveille.

L’avis de Private Whisky Society

Un des nos tourbés avec finition sherry préférés. Et si l’on enlève les versions limitées du type Ardbog ou Cairdeas 2014, c’est très certainement le mieux réussi. Un bel équilibre entre la tourbe légère et les notes corsées du sherry Oloroso fait merveille. On regrette peut être que le prix soit un peu élevé pour un 15 ans, mais il est tellement bien fait qu’on lui pardonne presque. La meilleure porte d’entrée pour ceux qui ne connaitraient pas encore l’alliance shery-tourbe.

Cela vous a intéressé ? Faites le savoir :Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on PinterestEmail this to someone
  • Vous pénétrez dans l’univers du whisky en déclarant sur l’honneur être majeur dans votre pays de résidence.
  • Bienvenue dans la Society, Sláinte !

En visitant notre site, vous acceptez l’utilisation des cookies que nous utilisons pour améliorer votre navigation.

Vous pouvez suivre l’actualité du whisky avec la

Private Whisky News :

Nous vous envoyons un email pour confirmer votre inscription, pensez à vérifier vos spams si vous ne le recevez pas.