Ou si vous voulez vraiment avoir peur, regardez le prix du Yamazaki Mizunara 2017

Et oui, c’est Halloween! et comme chaque année les boutiques et magasins regorgent d’idées pour nuos faire frémir, faire la fête, et, surtout, acheter une tonne de décorations et bonbons. Mais cette bonne vieille fête (qui découle de la tradition celte de la fête de Samhain, dieu des morts) est pour une fois l’occasion de parler du folklore écossais et des légendes, de fantomes bien sur, de distilleries.

Private Whisky Society, Un nouveau regard sur le whisky : Actualités, Cours de dégustation, et plus encore…

Glenrothes et Byeway

Recueilli dans son Zimbabwe natal par le major James Grant, propriétaire à l’époque de la distillerie, Byeway devint rapidement son majordome une fois rentré au Royaume Uni. C’est en 1972 qu’il s’éteint, plus de 40 ans après le major Grant. Cependant en 1979 de nombreux employés de la distillerie commencèrent à apercevoir une silhouette sombre, à la peau noire et à la barbe blanche se balader dans les chais puis disparaitre sans laisser de traces. La légende veut que Byeway, qui travailla et vécu à la distillerie, fut dérangé dans son repos lors du changement des alambics et hanta la distillerie pour se venger.

Jura et ses histoires

A Jura ce ne sont pas une mais bien deux histoires de fantomes que l’on se transmet. Le premier fut celui qui hanta Laird Archiblad, lui reprochant d’avoir laissé volontairement se développer de la contrebande d’alcool sur son territoire. Il entreprit ensuite la construction de la première distillerie sur Jura en 1810 afin de calmer l’esprit. La légende veut que la première bouteille sortie de la distillerie soit toujours enterrée sur l’ile pour lui rappeler de rester tranquille.

L’autre histoire est plus proche de nous, et pas forcement rassurante, même si la fantome n’a pas l’air très énervé. Elvis, chasseur de souris en chef de la distillerie, fut utilisé à des fins marketing en portant un petite caméra permettant de prendre des images de la distillerie sous un autre angle. Cependant lors d’une de ses balades dans les chais, la camera prit un cliché où l’on pouvait clairement voir une silhouette humaine translucide, et feminine. Cependant aucun incident n’a été à déplorer, même si les brand ambassadors qui séjournent à la distillerie de temps à autre racontent tous avoir entendu une voix de femme dans la nuit.

Glendronach et son fantome espagnol

Notre dernière histoire nous emmène chez Glendronach. Dans les années 70, lors du débarquement de fûts d’Oloroso en provenance de Jerez, un fantome, celui d’une femme portant des habits de danseuse de flamenco, se serait échappé d’un des butts après avoir traversé l’Atlantique. Elle serait toujours à roder autour de la distillerie, en particulier près de la salle de dégustation de la distillerie, où elle se réfugierait pour échapper au froid écossais.

Cela vous a intéressé ? Faites le savoir :Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on PinterestEmail this to someone
  • Vous pénétrez dans l’univers du whisky en déclarant sur l’honneur être majeur dans votre pays de résidence.
  • Bienvenue dans la Society, Sláinte !

En visitant notre site, vous acceptez l’utilisation des cookies que nous utilisons pour améliorer votre navigation.

Vous pouvez suivre l’actualité du whisky avec la

Private Whisky News :

Nous vous envoyons un email pour confirmer votre inscription, pensez à vérifier vos spams si vous ne le recevez pas.